Condom, de la Ténarèze au Gers

Condom, de la Ténarèze au Gers

statue mousquetaires condom tsereteli

La statue des mousquetaires – 2m30 de haut pour 5,5 tonnes de bronze

Après avoir tourné autour au travers des précédents articles – La Romieu, Larressingle, Cassaigne et Flaran – intéressons-nous à présent à Condom. Sous-préfecture du Gers, aujourd’hui, Condom était autrefois un carrefour de commerce, puisqu’elle s’est construite autour de la Baïse, qui coule dans le Lot-et-Garonne, les Hautes-Pyrénées et bien sûr le Gers.

Un nœud d’échange important avec le reste du pays, Condom était l’exportateur de son fameux armagnac, qui assura longtemps de confortables revenus à la ville – distillé dans de nombreux petits villages alentours, comme on l’a vu à Cassaigne. Cette notoriété et cette prospérité permettront la construction de la cathédrale Saint-Pierre et de nombreuses maisons qui surprennent aujourd’hui, de par leur beauté, alors que la ville n’a plus la même force évocatrice qu’autrefois – on relèvera notamment l’Hôtel de Polignac, dont le portail en fer forgé cerné de colonnes abrite aujourd’hui une école. Et c’est bien cette surprise qui vaut le détour.

nef cathédrale saint-pierre intérieur condom

La nef de la Cathédrale Saint-Pierre

En effet, on distingue à Condom la ville et sa cité historique. La place Saint-Pierre, où se tient la cathédrale du même nom, impressionne à bien des égards. Elle a été ornée en 2010 d’une statue en bronze des mousquetaires Porthos, D’Artagnan, Aramis et Athos de 2,30 mètres de haut, mais ce n’est rien en comparaison avec les façades des maisons, alliant pierre calcaire et fer forgé, ou la cathédrale elle-même.

Avec son clocher s’élevant à 40 mètres de hauteur et sa superbe nef, elle n’a rien à envier à de beaux monuments toulousains et mérite amplement la visite, faisant un excellent point de départ pour parcourir la ville. Un petit guide est d’ailleurs proposé, et vous conduira dans les lieux joliment conservés de la cité historique. Toutefois, vous pouvez également choisir une route alternative, puisque la Baïse est navigable et que des locations de bateaux, des petites croisières ou des dîners sur l’eau sont autant d’options qui peuvent changer le rythme d’une visite en famille.

entrée du musée de l'armagnac - condom

Musée de l’armagnac à Condom

On notera aussi la présence du musée de l’armagnac et de nombreuses autres attractions similaires pour les curieux et amoureux de la région et plus spécifiquement de la Ténarèze, dont Condom reste la capitale.

L’office du tourisme propose des visites guidées en été, mais aussi le reste de l’année sur réservation.

 

 

 

 

la Baïse, rivière, fleuve, condom, gers

La Baïse, autour de laquelle la ville s’est fondée

La Romieu, la cité des chats

La Romieu, la cité des chats

place du village - la romieu

Place du village de La Romieu

Petit village médiéval de 550 habitants, La Romieu fait parler d’elle pour de nombreuses raisons… Halte sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle, cette petite bourgade pleine de charme se fait aussi appeler « la cité des chats ». En effet, tout autour du centre de la place du village, on trouve de nombreuses petites statues de chats, déposées là par le sculpteur orléanais Maurice Serreau. Certaines sont anthropomorphisées, mais la plupart pourraient être de véritables chats s’apprêtant à bondir, figés dans la pierre.

les chats en pierre de la Romieu

Un chat en pierre à la Romieu

La légende des « Chats d’Angéline » raconte qu’en 1342, malgré une famine, une petite fille fut autorisée à garder deux chats par ses parents – à condition de les cacher, puisque le village gersois s’était débarrassé des autres, considérés comme autant de bouches à nourrir. Mais avec leur disparition, les rats avaient pris leur place et se nourrissaient des maigres récoltes des années suivantes – jusqu’à ce qu’Angéline libère ses chats dans le village, qui de deux étaient passés à une vingtaine, sauvant ainsi La Romieu d’une nouvelle famine.

Mais La Romieu se distingue aussi par sa collégiale et son cloître, classés au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. L’église, construite entre 1312 et 1318, est flanquée de deux tours, la « Tour de la Sacristie » et la « Tour Carrée » – la seconde contenant l’un des plus anciennes cloches du Gers (datant de 1450). On y trouve aussi un très beau cloître au Nord de l’église, qui comprenait autrefois un second étage. Des visites guidées de l’ensemble sont organisées sur rendez-vous.

tournesols et la romieu

La Romieu vue de la route

Enfin, on trouve à La Romieu les « Jardins de Coursiana ». En face de la collégiale se trouvent 6 hectares de jardins, créés en 1974 par Gilbert Cours-Darne, un botaniste de renom, aujourd’hui ouverts à la visite du 15 avril au 30 octobre. Décomposés en plusieurs parties, ces jardins vous conduiront du potager familial au jardin à l’anglaise, de l’arboretum qui propose quelques 700 essences d’arbres et d’arbustes au jardin de plantes médicinales et aromatiques – tandis que 350 variétés de roses sont à découvrir, réparties dans les jardins. Pour tous les amoureux de la nature, ces jardins sont un incontournable.

La Romieu est située à une vingtaine de minutes de la cité de Larressingle, en faisant un bon complément de visite, pour une virée à proximité de Condom, à une petite heure de notre gîte.

Plus de détails sur les sites de l’office du tourisme de La Romieu et des Jardins de Coursiana.

cloître de la collégiale - la romieu

Le Cloître de la collégiale de La Romieu

porte fleurie dans le village de la romieu

Les petites rues pleines de charme de La Romieu

Le château de Cassaigne, patrimoine des évêques gascons

Le château de Cassaigne, patrimoine des évêques gascons

château de cassaigne - cour du château

La cour du château de Cassaigne

Pour les amateurs de gastronomie gasconne, l’Armagnac est un nom bien connu – faisant du château de Cassaigne, à 10 minutes de Condom, une étape de choix.

Construit en 1247, le château de Cassaigne devient au XVIe siècle la résidence de campagne des évêques de Condom. Accueillant aujourd’hui les visiteurs, c’est un lieu plein de caractère qui vous invite au pique-nique, à deux pas des daims qui vivent dans les jardins de la propriété. C’est aussi un lieu de culture, accueillant régulièrement des manifestations culturelles, se faisant la scène de compagnies de théâtre locales. Enfin, c’est bien sûr un vignoble de 30 hectares où l’on produit des vins et de l’Armagnac, un lieu connu pour son floc de Gascogne et autres spiritueux.

Armagnac vieilli en fûts de chêne

Le chai, où l’Armagnac est vieilli

La visite vous fera découvrir l’Histoire du lieu, superbement conservé, puisque s’il a évolué il n’a jamais cessé son activité, et vous invite à la découverte de la propriété. La cuisine impressionne avec sa voûte en « cul de four », compte tenu de l’ancienneté de la construction et nous transporte dans le temps. On découvre alors le reste du lieu, où sont présentés les outils nécessaires à la fabrication des fûts dans lesquels l’eau de vie est vieillie. Les différents stades de vieillissements font l’objet d’une petite explication, qui permettra d’apprécier d’autant plus la dégustation qui vient en fin de visite. Une autre salle présente une orgue à odeurs, très ludique, grâce à laquelle on s’amusera à identifier les différentes senteurs qui prennent part à la composition du goût de l’Armagnac.

Château de Cassaigne

L’église du village, accolée au château

Le chai nous présente les énormes futs de chêne, d’une contenance de 400 à 420 litres, dont le bois vient des forêts Gasconnes et Limousines, ainsi que des explications sur tout le processus de distillation particulier à l’eau de vie – qui démarre dès que les fermentations sont terminées.

Rendez-vous sur le site du château pour plus d’informations sur la propriété ainsi que le programme des spectacles qui y ont lieu.

L’abbaye de Flaran et ses expositions

L’abbaye de Flaran et ses expositions

entrée de l'abbaye de Flaran, dans le Gers

Arrivée à l’abbaye de Flaran

Fondée au XIIe siècle et remaniée jusqu’au XVIIIe, l’abbaye de Flaran est à ce jour l’une des mieux préservées du Sud-Ouest – c’est donc sans surprise qu’elle est devenue un lieu de culture, classé monument historique et Grand Site de Midi-Pyrénées, où de nombreuses expositions, concerts et autres activités culturelles et pédagogiques ont lieu.

 

 

Aart Elshout expose à Flaran

Exposition d’Aart Elshout dans l’abbaye

En ce moment et jusqu’au 14 septembre, l’artiste contemporain Aart Elshout expose sa série « Éloges de l’eau », après l’avoir présentée en 2013 à l’église des Jacobins de Toulouse. De même, l’ancien réfectoire présente jusqu’à fin août une exposition de bande-dessinée sur la guerre de 14-18, qui présente des œuvres originales de noms reconnus du milieu.

À l’étage, la prestigieuse collection « Simonow », constituée de plus de 300 peintures et sculptures de renom, est installée à l’abbaye jusqu’en 2021. Prêté à titre gratuit par le collectionneur britannique Michael Simonow au département du Gers, cet ensemble comprend des pièces de Braque, Cézanne, Dali, Delacroix, Monet, Picasso, Renoir, Rodin, Rubins, Toulouse-Lautrec et de nombreux autres.

De nombreuses autres expositions se succèdent mais ne se ressemblent pas – on notera aussi la présence d’une exposition permanente sur les chemins de Saint-Jacques – et l’abbaye en elle-même ainsi que son cloître à étage, valent le détour.

Cloitre à étage de l'abbaye de Flaran

Le cloitre de l’abbaye de Flaran, superbement préservé

Exposition à l'abbaye de Flaran sur les chemins de Saint-Jacques

Exposition permanente sur les chemins de Saint-Jacques

La cité de Larressingle, ville fortifiée du Gers

La cité de Larressingle, ville fortifiée du Gers

entrée de la cité de Larressingle

Larressingle – L’entrée de la cité

Quittant un peu la Lomagne pour la Ténarèze, nous avons été visiter la cité fortifiée de Larressingle classée parmi les « Plus Beaux Villages de France ». Superbement préservé, on trouve les premières mentions de ce lieu historique dès le XIe siècle et l’on sait que le château sera érigé au XIIIe – comme celui de Saussignac, justement.

 

 

Catapulte en action à la cité de Larressingle

Tir à la catapulte à Larressingle

On dit de Larressingle qu’elle est la « Petite Carcassonne » : force est d’admettre que si les murs sont impressionnants et une bonne partie des systèmes de défense du XIIIe siècles nous sont présentés tels quels, la comparaison s’arrête là. Pourtant, la visite guidée n’en demeure pas moins intéressante, et les nombreuses activités à faire autour du château peuvent largement compenser. En effet, rares sont les endroits où l’on nous invitera à tirer à la catapulte ! C’est pourtant ce que propose le Camp de siège médiéval adjacent, où l’on pourra découvrir toute une panoplie de machines de guerre, vous initier à l’archerie médiévale – tout le nécessaire pour partir à l’assaut du château.

Exposition d'artisans à la cité de Larressingle

Des artisans exposent leurs créations dans la cité

Dans la cité, dont les remparts sont à eux seuls très impressionnants, on retrouvera quelques belles reconstitutions historiques avec des statues de cire, des expositions d’artistes locaux ainsi que des boutiques regroupant les œuvres d’artisans des alentours. On pourra aussi profiter du soleil à la terrasse d’un restaurant ou d’un salon de thé, pour conclure une demi-journée en famille.

La cité de Laressingle est située à une petite heure de notre gîte de groupe, à 5km de Condom, la sous-préfecture du Gers, et nous recommandons cette visite aux familles en vacances.

larressingle - terrasses de café dans la cité

Les murs du château depuis l’intérieur de la cité

catapultes, trébuchets, machines de guerre à larressingle

Les machines de guerre visibles à Larressingle